Accueil » Archive des volumes

Published in: Journal Of Hellenic Religion, , Vol. 2, 46-55.

.

Pourquoi, se demande Montaigne, « nous autres sottement craignons une espèce de mort », puisque « nous en avons desjà passé et en passons tant d’autres ? (Essais, II, XII, 602)

La bibliographie philosophique ne put pas éviter le piège de la « classification » de la pensée grecque ancienne. Or, cette « classification de la philosophie » (en catégories, en périodes … etc.) poursuivie par les contemporains est tout à fait contraire à la conception des Anciens qui étaient pleinement conscients que la philosophie n’est pas une « science », mais qu’il s’agit de l’«Erôs de la Sagesse », de la Connaissance Parfaite appartenant aux Dieux. Car « le grand savoir n’enseigne pas l’intelligence ». De même, dans le cas d’Héraclite, la bibliographie philosophique ne sut pas éviter ce piège subtil, ce qui repose, cependant, sur une double justification : primo, la pensée d’Héraclite se présente à nous avec l’aspect majestueux des ruines ; secondo, peu nombreux sont ceux qui prirent en considération qu’Héraclite fut un Grand Initié — Μύστης (ce qui est valable pour tous les Grands Philosophes Grecs Anciens) et que son langage est un discours théologique : il ne révèle ni ne cache, mais il en indique.

Keywords:

You are viewing the abstract of the article by Maria Papadopoulou entitled L’Érôs et le Divin chez Héraclite : essai interprétatif sur le fragment 36. If you are holding a Subscription for its online version please login. If you want to access the article please subscribe or order the volume.