Année de publication : Journal Of Hellenic Religion, , Vol. 12, 39-59.

.

Résumé : Au cours des cinq dernières années, deux ouvrages influents sur l’utilisation, l’adoption ou le rejet du terme « religion » dans le cadre de l’étude du monde antique, suscitèrent de questions sérieuses sur l’étude de la religiosité méditerranéenne ancienne en général. Brent Nongbri, Before Religion: A History of a Modern Concept (« Avant la religion : histoire d’un concept moderne ») (2013) et Carlin A. Barton et Daniel Boyarin, Imagine No Religion: How Modern Abstractions Hide Ancient Realities (« N’imagine pas une religion : comment les abstractions modernes dissimulent les réalités anciennes ») (2016) traitent des termes quintessentiels courants dans le monde gréco-romain, à savoir religio (en latin) et thrēskeia (en grec), traduits par « religion ». Bien que le premier terme ait été abondamment discuté dans diverses publications, le second ne fait l’objet d’aucune recherche. L’article propose une discussion étymologique complète sur le terme thrēskeia (θρησκεία), tel qu’il est employé dans certaines sources anciennes (notamment dans Plutarque), procédant par la suite à une discussion théorique sur le « problème », tel qu’il est perçu, identifié comme la source d’une question de gouffre idéologique séparant les universitaires plutôt qu’un « problème » réel à résoudre. L’article aboutit à une proposition visant à surmonter ces questions perçues et permettant aux chercheurs universitaires d’étudier les pratiques et idées religieuses helléniques sans être obligés de « justifier » également leur domaine de recherche.

Abstract: Within the last five years, two influential books on the utilization, adoption, or dismissal of the term ‘religion’ when one studies the ancient world have brought about serious questions for the overall study of ancient Mediterranean religiosity. Brent Nongbri’s Before Religion: A History of a Modern Concept (2013) and Carlin A. Barton and Daniel Boyarin’s Imagine No Religion: How Modern Abstractions Hide Ancient Realities (2016) deal with the quintessential terms that are translated as ‘religion’ from the Graeco-Roman world, that is, religio (Lt.) and thrēskeia (Gr.). Although the former term has been extensively discussed in various publications, the latter is hardly the topic of research. The article offers a comprehensive etymological discussion of the term thrēskeia (θρησκεία) as encountered in very few ancient sources (primarily in Plutarch) while then proceeding to a theoretical discussion of the perceived ‘problem’ that is identified as an issue of an ideological chasm among scholars rather than an actual existing ‘problem’ to be resolved. The article concludes with a proposal to overcome such perceived issues that will allow scholars to study the Hellenic religious practices and ideas without being obliged to also ‘justify’ their field of inquiry and research.

Mots-clés: thrēskeia, ancient Greek religion, anachronism, academic study of ancient religions

[en] You are viewing the abstract of the article by ROUBEKAS, Nicholas P entitled Thrēskeia: From Etymology to Ideology and the Academic Study of Ancient Greek Religion. If you are holding a subscription and you cannot download its online version please contact us. If you want to access the article please subscribe or order the volume.
[fr] Vous visualisez le résumé de l'article rédigé par ROUBEKAS, Nicholas P intitulé Thrēskeia: From Etymology to Ideology and the Academic Study of Ancient Greek Religion. Si vous êtes abonné et que vous ne pouvez pas télécharger sa version en ligne, veuillez nous contacter. Vous n'avez pas accès au contenu complet de cet article. Si vous souhaitez accéder à l'article, veuillez commander un abonnement ou commander la copie imprimée.